Photographie

URBEX : droits et code d’honneur de l’explorateur urbain

« Urbex » est un acronyme de l’anglais urban exploration (en français, « exploration urbaine »). Cette activité, faisant de vous un Indiana Jones des temps modernes, bravant la BAC et escaladant les façades, consiste à visiter des lieux abandonnés.
Cependant, légalement un lieu n’est jamais abandonné : il appartient soit à un tiers, soit à l’Etat. Par conséquent, entrer par effraction dans un bâtiment reste un délit, peu importe qu’il soit désaffecté ou non.

Florian Bouffet, Dédale, 2016


Il y a par conséquent un enjeu pénal à visiter des lieux à l’abandon :

  • Article 226-4 du Code pénal – « L’introduction dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou contrainte, hors les cas où la loi le permet, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ».
  • Article 322-1 du Code pénal – « La destruction, la dégradation ou la détérioration d’un bien appartenant à autrui est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, sauf s’il n’en est résulté qu’un dommage léger.
    Le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins, sans autorisation préalable, sur les façades, les véhicules, les voies publiques ou le mobilier urbain est puni de 3 750 euros d’amende et d’une peine de travail d’intérêt général lorsqu’il n’en est résulté qu’un dommage léger ».

Si vous transformez un endroit en lieu de tournage, attention à vous renseigner sur les autorisations nécessaires, sous peine de vous exposer à des poursuites judiciaires.

L’exploration de lieux désaffectés comporte aussi de nombreux risques : un bâtiment dans lequel personne ne vit ou ne travaille se dégrade rapidement. Chute de tuiles, effondrement d’escaliers, de murs, de toits, inondations souterraines, présence d’éléments chimiques dangereux (amiante, gaz toxiques)… le danger vous guette partout.

Florian Bouffet, Catabase, 2016
Cette image a été prise dans une cave inondée : les dégradations naturelles des bâtiments ne sont ni rares ni anodines.

Le caractère illégal de cette activité porte les urbexeurs à agir dans le secret et la discrétion. Aussi, faites attention à prévenir un back-up, à partir accompagné et à vous équiper en conséquence : lampes, téléphone portable chargé, poignée de porte, masque, harnais, cordes, trousse de secours…

Pour votre sécurité et votre santé, NE JAMAIS :

  • marcher en groupe sur les planchers ou dans les escaliers, ils peuvent céder sous votre poids
  • toucher un matériel médical si vous visitez un hôpital ou un centre de santé désaffecté
  • ouvrir un frigo (rappelons que la quasi totalité de l’équipe britannique ayant découvert la tombe de Toutânkhamon a disparu à cause d’une contamination par des champignons et bactéries lorsqu’ils ont ouvert la tombe… un frigo, c’est rempli de matière organique, c’est pareil).

Ceci est une liste non exhaustive, soyez prudents.

L’explorateur urbain agit selon un code moral spécifique, régi d’abord par les contraintes légales mais aussi, de manière plus romanesque, par l’honorable engagement de garder une part de mystère : c’est un gentleman avant tout. 

Par conséquent :


  • il ne doit pas divulguer l’adresse d’un lieu d’exploration,
  • ni diffuser d’images permettant d’identifier les personnes ayant résidé ou travaillé dans ces lieux ;
  • la dégradation des lieux est interdite : il faut laisser les lieux tels qu’on les a trouvés.

En conclusion, l’urbex est une activité dangereuse : si vous partez, soyez avertis de tous les risques que vous courez : il n’est pas rare que même les professionnels du BTP se blessent sur des friches ou dans des bâtiments à l’abandon. Ajoutez à cela le fait que vous pouvez faire de mauvaises rencontres (squatteurs, chiens errants, police) qui peuvent vous rendre moins vigilants dans votre fuite et augmentent les risques de vous blesser : renseignez-vous bien, documentez-vous, passez à l’étude le terrain et réfléchissez en amont aux meilleures façons de réagir. … La meilleure manière de profiter de l’urbex sans risque, c’est sans doute de regarder les photographies prises par les professionnels !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *